La Chine, premières impressions

Une des première chose qui nous a frappé en arrivant en Chine est l’ambiance sécuritaire que nous y avons découvert.
Petite liste non exhaustive :

  • Tous les magasins de plus de 20m2 sont munis d’un portique de détection flanqué de (au moins) 1 garde susceptible de vous fouiller.
    Dès que la taille du magasin augmente, s’ajoute au portique : un scanner à bagage, 2 ou 3 gardes, et une fouille systématique.
    C’est le même tarif pour TOUS les lieux publics, certaines rues, les passages sous-voies, etc… Potentiellement répété 3 ou 4 fois, dans les grandes gares par exemple.
  • Dans les rues de Kashgar, des fourgons de police quadrillent les rues, roulant au pas, toutes sirènes hurlantes. Au centre ville vous en rencontrerez tous les 200 ou 300 mètres !
  • On a croisé plusieurs fois des groupes de citoyens s’entraînant martialement au maniement du bâton.
  • Rien que sur les quelques 100 kilomètres d’autoroute entre la première localité après la frontière kirghize et Kashgar, il y a 3 points de contrôle où tous les véhicules doivent s’arrêter, tous les passagers descendre et aller se soumettre à un contrôle d’identité.
  • Les barrières… il y en a partout !

L’écrasante majorité de ces mesures de sécurité semblent ridiculement absurdes, et tout cela pourrait être franchement comique si cela n’était le fait que :
1. Une majorité des gens semble prendre la situation avec un sérieux qui nous fait un peu froid dans le dos.
et 2. Ces mesures illustrent l’oppression du pouvoir de Pékin envers la minorité Ouïghour (près de 50% de la population de la province du Xinjiang).

M’enfin, cette situation semble limitée au Xinjiang, et lors de notre arrivée dans le Gansu, le 6 octobre, nous sommes frappés dès la sortie de la gare par l’absence de contrôle (et de barrières…).

 

Sans surprise, la communication avec les Chinois s’avère un peu compliquée. Bien sûr, dans la province du Xinjiang, si vous n’êtes pas à l’aise avec le chinois et ses idéogrammes, vous pouvez utiliser vos connaissances d’ouïghour (écrit en arabe)…


Cela dit, le smartphone et internet offrent des outils qui aident énormément. Entre l’application dictionnaire basique (mais efficace), celle plus élaborée qui traduit ce que vous dites, ou encore celle qui traduit les caractères chinois que vous filmez (ou ceux que vous dessinez selon la version), on en oublie presque d’apprendre 2 ou 3 mots !


Les sites de réservation en ligne (pour les hébergements et les transports) sont également bien utiles.
Et puis au restaurant, le menu est bien souvent sous forme d’images, ça aide.
Bref, on s’en sort.

 

Après les pays en -stan, nous avons l’impression d’avoir fait un bon en avant en terme de modernité et de développement économique. 

Pour nous c’est particulièrement frappant dans les transports en commun. Les minibus bondés, les taxis collectifs bringuebalants et les vieux trains soviétiques ont laissé la place à des bus et des voitures modernes ainsi qu’à des trains quasi futuristes (pour certains). Dans le domaine ferroviaire, le développement semble avoir été fulgurant ces dernières années. En effet, une gare sur deux (littéralement) est flambant neuve et les temps de trajet sont 30% à 40% inférieurs à ceux annoncés dans notre guide édité en 2014 !

La gare de Turpan (au Xinjiang, donc avec barrières…)
La gare de Dunhuang (au Gansi, donc sans barrières…)

 

 

 

 

 

 

Après deux mois et demi d’une gastronomie que l’on a trouvée un peu monotone et pas toujours très élaborée (pour plus de détails sur la cuisine centre-asiatique c’est par ici…), nos premières expériences culinaires chinoises sont prometteuses ! Même si on ne sait pas toujours ce que l’on commande au restaurant, et que même une fois le plat servi on ne sais pas forcément ce que l’on mange, nous sommes rarement déçus. L’arrivée en force du piment, de l’ail et de toute une ribambelle d’épices et de saveurs nous réjouit au plus haut point ! On attend la suite avec impatience…

 

Dans ce restaurant, même pas besoin de menu, on choisi directement ce qu’on veux cuire dans notre petit bouillon personnel! D’autres photos de la Chine par ici…